Zakât Al Maal



Qui est en ligne ?

Nous avons 62 invités en ligne
Bannière
PDF Imprimer Envoyer

·LES EMPLOYES A LA ZAKÂT

Ce sont ceux que l'imam ou son second nomme pour collecter la Zakât récupérée des riches. Cela englobe ceux qui la conservent, ceux qui s'occupent des troupeaux de bestiaux et ceux qui se chargent de la transcrire.

Il doivent être musulmans et pas de ceux pour lesquels la Zakât est illicite comme la famille du Messager d'Allah H qui sont les Banû Hâshim et les Banû 'Abdul-Muttalib.

D'après Al-Muttalib Ibn Rabi'a Ibn Al-Hârith Ibn 'Abdul-Muttalib : « Je me rendis avec Al-Fadl Ibn Al-'Abbâs, auprès du Messager d'Allah H et l'un de nous lui dit : « Ô Messager d'Allah, nous sommes venus te voir pour que tu nous autorises à profiter de la Zakât comme les autres, nous accomplirons le même travail que celui que les gens fournissent ». Et lui de répondre : « La Zakât ne convient pas à Muhammad, ni à la famille de Muhammad, ce n'est que la souillure des gens ». Ce hadîth est rapporté par Ahmad et Muslim.

Dans une autre version : « Elle n'est pas permise à Muhammad ni à la famille de Muhammad ».

Il est permis que ceux qui y soient employés soient des riches.

Abu Sa'îd (radianalah ou anhou) rapporte que le Prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « La Zakât n'est pas permise pour un riche sauf pour cinq : pour celui qui y est employé, ou un homme qui l'a achetée avec son propre argent, ou un endetté, ou un combattant pour la cause d'Allah, ou un pauvre, on lui en donne et il en offert à un riche ».

Ce hadith est rapporté par Ahmad, Abu Dâwûd, Ibn Mâjah et Al-Hâkim, qui a dit : « Ce hadith est authentique selon la condition des deux Shaykh, et leur droit à la Zakât n'est qu'un salaire en échange de leur travail.

' Abdullâh Al-Sa'dî rapporte qu'il vint du Shâm pour voir 'Umar Ibn Al-Khattab (radianalah ou anhou) il lui dit : « On m'a informé que tu te consacres à œuvrer pour les musulmans mais que tu refuses de prendre le salaire que l'on t'offre en échange ». « Oui, c'est vrai » répondit-il, car je possède des chevaux, des esclaves et je suis dans une meilleure situation, je veux donc que mon travail soit une aumône pour les musulmans ». Et 'Umar (radianalah ou anhou) de lui dire : « J'ai voulu ce que tu veux mais le Prophète *|: me donnait de l'argent et je lui disais : Donne-le à celui qui est plus pauvre que moi. Une fois, il me donna de l'argent, et je lui dis : Donne-le à celui qui en a plus besoin que moi. Mais il me répondit : « Ce qu'Allah te donne de cet argent sans la moindre demande ou désir de ta part, prends-le et utilise-le ou fais-en l'aumône. Et si ce n'est pas le cas, ne le convoite pas ».

Ce hadith est rapporté par Al-Bukhârî et al-Nasâ'î. Et il incombe que ce salaire soit suffisant.

Al-Mustawrid Ibn Shaddâd (radianalah ou anhou) rapporte que le Prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Celui qui se charge d'une tâche pour les gens et ne possède pas de maison, qu'il en prenne une, ou s'il n'a pas d'épouse, qu'il se marie, ou s'il n'a pas de serviteur, qu'il en prenne un, ou s'il n'a pas de monture, qu'il en prenne une, mais s'il acquiert autre que cela, il aura alors exagéré».

Ce hadith est rapporté par Ahmad et Abu Dâwûd, sa chaîne de transmission est bonne.

Al-Kattabî a dit : « On peut interpréter ce hadith de deux façons :

La première : il a permis à l'employé clé prendre un serviteur et un logement de son salaire, et il n'a pas le droit d'avoir un autre métier pour gagner plus d'argent.

La deuxième : ce fonctionnaire a droit au logement et au serviteur, s'il n'a pas de serviteur, on en engagera un pour lui, et il pourra profiter du logement et du serviteur tant qu'il accomplit ce travail ».






Source: Les régles de la Zakât tiré de "Fiqh al-Sunna" du Shaykh Sayyid Sâbiq
 

DVD sur la zakat

Get Firefox

 
  Design by augs-burg.de & go-vista.de  
 
     
 
   
Design by windows vista forum and energiesparlampen