Zakât Al Maal



Qui est en ligne ?

Nous avons 68 invités en ligne
Bannière
PDF Imprimer Envoyer
Index de l'article
Le pauvre et le misérable
La portion donnée au pauvre
L'homme robuste
Le propriétaire sans suffisance
Toutes les pages

Le propriétaire qui ne trouve pas sa suffisance

Celui qui possède une richesse atteignant le Nisâb, de quelque genre de bien que ce soit, mais qui n'y trouve aucune suffisance, soit à cause du grand nombre de ses enfants et de sa famille ou à cause de l'inflation des prix, il est considéré d'une part comme un riche parce qu'il possède le Nisâb et doit prélever la Zakât de son argent. D'autre part, il est considéré comme un pauvre parce qu'il ne trouve pas sa suffisance. On lui donne la Zakât comme au pauvre.

Al-Nawâwî a dit : « Celui qui possède une propriété dont le revenu est inférieur à sa suffisance, c'est qu'il est pauvre et on lui donnera la Zakât jusqu'à totale suffisance, et il n'est pas obligé de vendre sa propriété ».

Dans al-Mughnî, Al-Maymûnî a dit : « Je discutais avec Abu ' Abdullâh - Ahmad Ibn Hanbal - je dis : un homme pourrait posséder des chameaux et des moutons sur lesquels la Zakât est imposée, mais il est pauvre. L'homme pourrait posséder quarante chèvres mais ne lui suffisent pas, lui donnera-t-on l'aumône ? Il dit : oui, parce qu'il ne possède pas sa suffisance et ne peut la gagner, la Zakât lui est accordée comme si ce qu'il possédait n'était pas soumis à la Zakât ».






Source: Les régles de la Zakât tiré de "Fiqh al-Sunna" du Shaykh Sayyid Sâbiq


 

DVD sur la zakat

Get Firefox

 
  Design by augs-burg.de & go-vista.de  
 
     
 
   
Design by windows vista forum and energiesparlampen