Zakât Al Maal



Qui est en ligne ?

Nous avons 74 invités en ligne
Bannière
PDF Imprimer Envoyer

La Zakât sur l'argent prété

1- La Zakât sur la dette

Question : J'ai réclamé une dette auprès d'un frère qui doit me la rembourser, dois-je payer la zakat sur cet argent ?

Réponse : Si la dette que vous réclamez a été contractée par des gens solvables qui sont en mesure de vous rendre votre dû dès que vous le sollicitez, vous devez payer la zakat correspondante chaque année : c'est comme si vous étiez effectivement en possession de votre argent et que vous l'aviez mis en dépôt chez eux. Par contre, si l'endetté est insolvable et ne peut pas vous rembourser, ou s'il n'est pas insolvable mais diffère le remboursement sans que vous soyez en mesure de récupérer votre droit, le point de vue juste parmi les avis des savants à ce sujet est que vous n'êtes pas tenu de payer la zakat dans ce cas jusqu'à ce que vous récupériez votre argent. Lorsque vous le récupérerez, vous entamerez un cycle d'un an et vous acquitterez de la zakat lorsqu'il sera révolu. Il n'y a pas de mal à ce que vous payiez la zakat d'une année à titre de remplacement pour toutes les années où l'emprunt ne vous a pas été restitué ; tel est l'avis de certains savants. Toutefois, vous n'êtes obligé de payer la zakat qu'à partir du moment où vous aurez été remboursé et que le cycle d'un an aura été achevé : à ce moment, vous serez obligé de payer la zakat. C'est sur cette dernière opinion que je porte mon choix. Cheikh Ibn Baz

2- La Zakât sur l'argent prêté

Question : J'ai prêté une somme d'argent à quelqu'un, et une année s'est écoulée sans qu'il ne me la rembourse. Dois-je payer la zakat sur cet argent ou attendre qu'il me rembourse pour m'acquitter de la zakat à ce moment-là ?

Réponse : Lorsque la dette ou le prêt est détenu par une personne riche, qui peut vous restituer votre argent dès que vous le voulez, vous êtes redevable de la zakat pour chaque année qui passe car on considère qu'il s'agit d'un dépôt. Par contre, si la dette ou le prêt est contracté par une personne insolvable ou un mauvais payeur, le point de vue le plus plausible et sur lequel nous portons notre choix, est que vous n'avez pas à payer de zakat jusqu'à ce que vous la récupériez. Lorsque vous l'aurez récupéré, payez la zakat correspondant à une année, même si la dette s'est étalée sur plusieurs années. Et Allah sait mieux. Cheikh Ibn Jibrine

3- II n'est pas permis d'annuler une dette pour la défalquer de la zakat

Question : Nous avons un proche parent nécessiteux à qui nous donnons chaque année, une partie de la zakat due sur nos biens. Il y a quelques années de cela, nous lui avons remis une somme d'argent en dehors de la période habituelle de la Zakât; cependant, il n'a pas réussi, jusqu'à présent, à nous rembourser cette somme, bien que plusieurs années se soient écoulées depuis. Notre question est la suivante : Est-ce qu'il nous est permis de le dispenser du remboursement de cette dette et de la défalquer de la zakat que nous allons lui verser cette année —in-châ-Allah ?

Réponse : L'avis juste est qu'il n'est pas permis d'annuler la dette qu'on craint de ne pouvoir récupérer, ou dont le remboursement se fait attendre, en ayant l'intention de la défalquer de la zakat, car la zakat est un bien qu'on donne aux pauvres pour soulager leur détresse. Néanmoins, si lorsqu'on donne la zakat au débiteur nécessiteux, celui-ci la remet au propriétaire pour rembourser sa dette, c'est permis... tant que ce n'est pas fait par complaisance. Cheikh Ibn Jibrine

4- Jugement de l'Islam quant au tran/fert de la zakat

Question : Est-il permis de transférer la zakat pour en faire profiter ses ayants droit dans un autre pays, en l'occurrence mon pays, puisque je suis expatrié dans le Royaume d'Arabie Saoudite ? Instruisez-nous, —Qu'Allah vous accorde Sa bénédiction.

Réponse : Le point de vue juste est qu'il est permis de transférer la zakat vers un pays autre que celui où se trouve le bien soumis à la zakat, si l'intérêt le commande, par exemple si la misère y est plus grande ou que l'on souhaite en faire bénéficier des proches nécessiteux, etc. Il n'est pas permis d'agir par favoritisme et priver de ce droit le pauvre dont on sait qu'il la mérite. Si vous doutez que les gens du pays dans lequel vous vivez aient vraiment droit à la zakat et que vous êtes certains que parmi vos proches parents, il y en a qui ont besoin de cet argent et comptent beaucoup sur ce soutien, ces derniers ont la priorité. La zakat qu'on leur donne est à la fois une aumône et un moyen de renforcer les liens de parenté. Cheikh Ibn Jibrine






Source: Fatawa sur la zakat de Cheikh Ibn baz, Cheikh Ibn Jibrine, Cheikh Ibn Al-Othaimine et du comité permanent de l'Ifta
 

DVD sur la zakat

Get Firefox

 
  Design by augs-burg.de & go-vista.de  
 
     
 
   
Design by windows vista forum and energiesparlampen